IMMO : Investir dans l’immobilier à l’étranger est toujours une bonne idée

Plus que jamais, investir à l‘international, acquérir une résidence secondaire, une maison en bord de mer à l’étranger offre des avantages et perspectives de vie engageantes.

Un choix gagnant

Investir dans l’immobilier à l’étranger peut être un choix avantageux sous plusieurs aspects. Outre l’idée qu’une résidence secondaire en bord de mer dans un pays ensoleillé est un rêve pour beaucoup, choisir d’investir à l’étranger peut s’avérer un choix financier intelligent. L’investisseur peut bénéficier d’une fiscalité avantageuse et de prix souvent très attractifs dans des pays touristiques à fort rendement locatif.

En France par exemple, la plus-value réalisée sur la vente d’une résidence secondaire (hors exonération) s’élève à 36,2% (19 % prélevés sur l’impôt sur le revenu, 17,2 % sur les prélèvements sociaux). Cette taxe peut être un frein à l’achat d’une maison de vacances, tout comme l’IFI, la hausse des impôts sur les revenus fonciers…

Il est alors intéressant d’investir dans des pays dont l’imposition sur la plus-value est moins élevée comme l’Italie (20 %), l’Espagne (19%), ou la Grèce (0%). Les acquéreurs peuvent également se retourner vers des pays offrant des avantages fiscaux à ses nouveaux arrivants comme le Portugal ou le Maroc.

 

Les pays où il fait bon investir

Alors que beaucoup de Français et d’Anglais ont choisi d’investir au Portugal, d’autres pays comme la Grèce, l’Italie, le Maroc ou encore l’Île Maurice sont également très attractifs. Pour commencer, les prix du marché immobilier sont bien plus bas que dans la majeure partie des grandes villes européennes à l’instar de Paris ou Londres. Mais ce n’est pas leur seul atout.

Au Maroc, le prix moyen du m² en ville est de 1400 €. Le Maroc est particulièrement généreux avec les retraités qui profitent d’un abattement de 40 % sur leur déclaration de revenu. Les retraités étrangers peuvent bénéficier en plus d’une réduction d’impôt de 80%. Au Maroc, pas d’impôt sur la fortune ni de taxe sur les droits de succession ou de donation mais du soleil, beaucoup de soleil...

Pour un achat immobilier dans l’ancien il faut compter environ 1700 € / m² en Italie. Là encore, la fiscalité est invitante pour certains acquéreurs étrangers comme les Français. Ces derniers apprécieront par exemple le taux d’imposition de base de 0,76 % pour l’IMU (impôt foncier) et son exonération complète pour la résidence principale. Son mode de vie, ses paysages et ses plages en sont aussi un atout indéniable.

En Grèce, bien que la croissance ait repris en 2017, le marché de l’immobilier reste très attractif pour un acquéreur étranger. Le prix moyen dans l’ancien est d’environ 1350 € / m². L’impôt sur la propriété ne peut pas dépasser 1% de la valeur du bien et le taux d’imposition des revenus locatifs (calculé par tranche) est fixé à 15 % pour un plafond de revenu de 12 000 € par an. À cela viennent s’ajouter un niveau de vie moins cher qu’en France (-25 %), qu’en Allemagne (-30 %) ou qu’en Angleterre (-34 %) et des paysages à couper le souffle.

De son côté, l’Île Maurice convoite les acquéreurs étrangers. Les programmes neufs conçus spécialement pour eux se multiplient et des régimes d’achats spéciaux ont été pensés pour qu’ils puissent investir dans le pays et en devenir résidents (IHS, PDS, RES…). Côté fiscalité, la TVA est à 15%, le taux moyen d’imposition sur le revenu est de 15%, taxation des revenus locatifs est fixée à 15% et les propriétaires bénéficient d’une exonération d’impôt sur la fortune pour les biens acquis sur place. Les résidents ne payent pas non plus de taxe foncière, de taxe d’habitation, d’impôt sur les plus-values ni de droit de succession.

E.B – Meretdemeures.com

Archives